Il y a un certains nombre de choses que vous devriez vérifier avant d’arriver où vous jouerez. Si vous avez bien suivi les conseils donnés pour préparer votre rider d’accueil, tout devrait déjà être réglé. Mais prenez le temps avant chaque date de vérifier que tous les points de cette check-list soient bien cochés !

1. La rénu… la rumé… enfin, la thune, quoi

Quel deal a été passé avec le lieu ? Un cachet fixe ? Au chapeau, chacun des spectateurs donnant ce qu’il veut ? Un pourcentage sur les entrées ? Sur le bar ? Combien de groupes doivent toucher leur part ? Soyez sûr que ce point soit clair avant d’arriver, ça vous évitera une potentielle prise de tête le soir du concert, pas exactement le moment où l’on a envie de parler de thunes.

2. Quand est-ce qu’on mange?

Ont-ils bien pris compris que notre chanteur ne mange pas de porc ? Et que le bassiste est allergique aux cacahuètes ? Le guitariste ne jouera pas sans son whisky-coca, mais êtes-vous sûr qu’ils l’ont prévu ? On mange avant ou après le concert ? Un petit retour sur les éléments de votre rider d’accueil ne sera pas de trop…

3. Fallait pas l’inviter…

Est-ce qu’on a le droit à des invitations gratuites sur ce concert? Combien ? Avons-nous invité le label local, et le cousin qui vit dans cette ville ? Au pire, on peut faire un deal sur des entrées à prix réduit? Le genre de questions qu’il faudra vous poser avant que la meuf de votre bassiste (mauvais exemple, les bassistes n’ont jamais de meuf) se fasse refouler à l’entrée.

4. La thune (encore)

Sommes-nous au courant du prix de vente des tickets ? Y a-t-il des préventes ? Qui récupère les entrées ? Non seulement ces questions vous intéressent pour vérifier que vous ne vous faites pas entuber au passage, mais surtout, on risque de vous les poser sur les réseaux sociaux… Autant être au courant de tout ce qui se passe à son propre concert.

5. Merde, mais on est où ?

A quelle heure doit-on arriver exactement pour les balances? Y a-t-il un backline commun (partage d’instruments encombrants), histoire qu’on n’entasse pas pour rien tout le matos dans le break de papa? Y a t’il une entrée particulière pour les artistes ? A-t-on le numéro du régisseur d’accueil ? Quelqu’un a vérifié l’adresse de la salle, au fait ? Posez vous donc ces questions avant de tourner trois heures en rond dans la Z.A de Poitiers, à vous demander s’il ne fallait pas plutôt prendre à gauche au dernier croisement…

6. Vous êtes qui, vous ?

La salle a-t-elle bien reçu notre fiche technique ? Y aura-t-il un ingénieur du son sur place ? De combien de temps de balance disposons-nous ? Surtout si vous êtes un groupe de première partie, ce genre d’infos est cruciale, ce serait con de foirer totalement votre concert après un line-check (sorte de balance rapide juste avant un concert) de trois minutes dans une salle qui commence à se remplir…

7. T’as l’heure, steuplé?

A quelle heure les portes ouvrent-elles au public? A quelle heure débute le concert ? Quelles sont les horaires de passage de chaque groupe ? Y a t’il une heure spécifique à laquelle le concert doit finir ? Ces infos seront théoriquement affichées quelque part entre les loges et la scène le jour de votre show, mais si vous avez eu le temps de vous préparer mentalement à vos vingt minutes de célébrité pour quatre heures de route, c’est toujours ça de gagné…

8. C’est moi qui dit qui qui passe et qui qui passe pas

Qui s’occupe de la caisse à l’entrée ? Pouvons-nous y déposer des flyers ? Avons-nous bien transmis notre liste d’invités ? Si nous devons nous occuper de l’entrée, y aura-t-il un fond de caisse ? Un tampon pour marquer les gens ayant déjà payé ? Tout ça peut paraître un détail, mais tout est une question de détails, finalement. Rien de pire que de mettre un billet d’entrée à 9 euros et de se retrouver sans pièces de 1 euro en poche à deux minutes de l’ouverture des portes…

9. C’est bien foutu ici, quand même…

Quelle est la capacité de la salle ? Le public sera-t-il assis ou debout ? Devrions-nous la réarranger s’il y a moins de ventes que prévues ? Si vous êtes au courant, vous pourrez prévoir un plan B, voir un plan C, voir… voir ne rien prévoir et laisser filer, mais au moins, vous serez au courant.

10. Il est cool ton tee-shirt

Ont-ils prévu une table pour le merchandising ? Où ? A partir de quelle heure pouvons-nous ouvrir notre boutique ? Est-ce que quelqu’un pourra s’en occuper pendant notre concert, ou au moins surveiller la table ? Le lieu prend-t-il un pourcentage sur nos ventes ? C’est peu probable, mais cette pratique tend à se développer malheureusement dans certaines salles parisiennes, et c’est un élément à prendre en compte. Selon les réponses à ces questions, vous saurez aussi qu’il était en fait assez inutile d’embarquer vos huit cartons de tee-shirts, vu que vous avez le droit à 1 mètre carré coincé entre les chiottes et les chiottes.

11. Je suis connu, moi, mec…

De quoi la salle a t elle besoin ? Posters, flyers, biographie, photo du groupe? Un communiqué de presse? Assurez-vous de leur fournir tout ce dont ils ont besoin avant le concert pour assurer la promo ! Et n’hésitez pas à coordonner ainsi vos actions avec la salle (qui s’occupe de l’événement Facebook, par exemple) pour un maximum de réussite.

Et sinon…

Et sinon, Conflikart a sorti ce top hilarant qui nous parle de la vie d’un groupe de première partie en tournée…. Un bon résumé de tout ce qu’il ne faut pas faire, en sorte.

Source : http://blog.dbth.fr/