Trouver une date de concert, c’est bien, mais le mieux, c’est encore tout de même de ne pas jouer devant seulement deux poivrots et le patron du bar qui se demande encore pourquoi il vous a fait confiance sur ce coup-là. Ce qui intéresse aussi le programmateur de concerts, à part votre musique elle-même et votre expérience scénique, ce sera votre capacité à ramener du monde à votre show… Ne négligez donc jamais l’aspect communication, elle fait plus que partie intégrante de votre projet musical !

Je vous voyais déjà en haut de l’affiche

III4On peut certes avoir l’impression que c’est un peu old school, mais c’est toujours bien dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures : le meilleur moyen de bien annoncer sa venue quelque part reste encore la diffusion en local de quelques affiches (inutile d’inonder la ville non plus, une vingtaine devrait suffire) et flyers, via le lieu qui vous accueille. Comme souvent, le mieux est peut-être encore de faire confiance à un pote graphiste pour vous préparer ça, mais comme nous le rappelle entre autre le site Dmoz.fr, de nombreux logiciels gratuits de traitements d’images sont aujourd’hui disponibles sur le net… le site 360kmh vous en parle d’ailleurs mieux que nous. Il ne vous restera ensuite qu’à vous tourner vers un imprimeur du coin ou une imprimerie en ligne, même si c’est un peu la jungle pour s’y retrouver tant elles sont nombreuses sur le marché. En réalité, le seul truc qu’on ne puisse pas trouver sur Internet aujourd’hui, ça reste le bon goût : restez sobre, rappelez vous que l’important demeure avant tout dans la lisibilité des informations (la date, le lieu, le prix… et le nom de votre groupe) plus que l’esthétisme.

On se presse un peu

III4-3Ne faites surtout pas de complexe d’infériorité parce que vous démarrez tout juste : le travail d’un journaliste culture est bien de rendre compte de tout ce qui se passe dans sa ville, et si vous n’aurez pas forcément droit à la une tous les jours, un petit entrefilet annonçant votre concert dans le journal local reste un excellent moyen de promotion. Certes, gérer ses relations presse demande un peu de temps au début, mais au bout d’un moment, on prend le pli. Pour ça, on ira jeter un œil aux dix commandements de l’attaché de presse musical répertoriés sur l’excellent blog de Conflikarts, qui vous explique par le menu comment s’organiser pour assurer ses relations presse. L’interview de Patricia Teglia sur Wiseband.fr est également une bonne source d’inspiration !

Communication 2.0

III4-2A l’heure du web 2.0, la communication sur le net et les réseaux sociaux (communément appelée « community management » par les professionnels de la profession) est devenue une étape indispensable pour tout groupe désireux de se constituer une fan-base susceptible d’aller les découvrir dans la cave obscure d’une petite ville de province. Si le community management a l’air d’être quelque chose d’assez intuitif au premier abord, c’est une activité aujourd’hui plus codifiée qu’elle n’en a l’air. A chaque réseau social son mode de fonctionnement à apprivoiser, par exemple… C’est ce que nous apprend sur la question le blog de DBTH.fr, entre autres choses très intéressantes. L’idée (que l’on retrouve aussi sur cet article de MyCommunityManager), c’est surtout d’être patient dans la construction de votre « tribu », et de l’alimenter régulièrement en utilisant tous les outils gratuits aujourd’hui à votre disposition, et dont l’excellent blogdumodérateur vous livre ici une liste assez complète !

Et sinon…

Purple Base vous permet essentiellement de construire votre base de données de programmateurs à travers le pays, mais rien ne vous interdit de vous en servir également pour lister les médias locaux et vous constituer un véritable fichier presse en ligne ! D’ailleurs, la plupart des tags sont déja en place. Voici un aperçu des critères de recherches que vous pourrez utiliser sur Purple Base :

Recherche avancée Purple Base