Quand nos parents étaient petits, ils avaient droit à des cours d’éducation civique à l’école. C’est pas pour faire les vieux cons, mais c’est vrai que des fois, on se dit que les bonnes habitudes se perdent et que c’est dommage. Entre politesses et ratages annoncés, petit tour d’horizon des quelques règles de vie qui vous feront passer une bonne tournée.

Sur la route toute la sainte journée

Farted on the busSi on calcule, un musicien passe quasiment 70% de son temps dans les transports, entassé à cinq dans un van miteux que votre cousin vous loue pour une bouchée de pain, vu qu’il va claquer sur la route de Périgueux. La route, c’est chiant, on est bien d’accord, alors n’hésitez pas à faire des pauses (quitte à partir un peu plus tôt… Et ne vous mettez pas en retard, ça peut mettre des programmateurs en boule si vous arrivez à la bourre et foutez le bordel dans le timing des balances) et partagez vous les tâches ! Ceux qui conduisent peuvent faire des tours de conduite, mais les autres ne sont pas obligés de pioncer au fond du camion. Ils peuvent aussi en profiter pour gérer d’autres aspects de la tournée, faire un point sur la logistique, appelez un lieu pour confirmer un horaire, booker un hôtel ou plier le merchandising de la veille. Enfin, ça peut sembler bête, mais on a vu tellement de groupes partir en fumée pour des simples raisons élémentaires de respect de l’autre qu’on préfère vous le redire : soyez cools avec vos copains, et dans le pire des cas, essayez d’entretenir une relation cordiale avec ce nouveau bassiste au super jeu mais dont la tête ne vous revient pas. C’est que c’est long, une tournée.

Devine qui vient manger ce soir ?

III5Votre camion s’arrête en couinant devant la porte entrebâillée d’une MJC de banlieue. Avant de vous jeter sur le catering ou d’aller piquer un roupillon dans les loges, gardez bien en tête que plus vite vous vous serez débarrassés des contingences matérielles et mieux ça sera. Du coup, tout le monde met la main à la patte, et ce n’est pas parce que vous êtes le chanteur du groupe que vous ne pouvez pas aider le bassiste à décharger son ampli, même si on est bien d’accord qu’il n’y a rien de plus pénible dans la vie que de porter un ampli de bassiste dans un escalier à pic. N’oubliez jamais que vous êtes les invités de la salle, et ce n’est pas vous qui décidez de tout : sans pour autant tomber dans l’apathie, évitez de prendre des initiatives et respectez les consignes du maître des lieux (le fameux stage manager, aussi appelé « baby-sitter » dans le milieu), que vous aurez bien sûr pris la peine de saluer en arrivant, comme toute l’équipe d’ailleurs (oui, même le mec qui passe le balai dans le coin, et sans qui vous ne pourrez pas jouer le soir même). Enfin, même si vous n’êtes pas physionomistes, faites le maximum pour mémoriser les prénoms de chacun, ça peut vous éviter un grand moment de solitude à la fin du concert…

Vous êtes chauds ?

Et bien tiens, justement, en parlant de grand moment de solitude sur scène… « Salut Poitiers, est-ce que vous êtes chauds ce soir? » Par pitié, évitez les introductions à la DJ Jacky, restez sobres et efficaces. A chacun son style, bien évidemment, mais une bonne petite présentation rapide peut être des plus appréciés, surtout si vous êtes en tout début de carrière…. Pour la suite, on évitera quand même de trop la ramener, même si on est hyper content d’être enfin arrivé là où on voulait être. ConflikArts a d’ailleurs listé avec brio la vingtaine de phrases à ne jamais prononcer sur scène (ici et ici), sous aucun prétexte. Où l’on apprend notamment un truc essentiel : quoi qu’il arrive pendant un concert, le public n’est jamais obligé de tout savoir, hein !

Allez, tournez maintenant !

-> Purplebase.eu <-